miercuri, februarie 1, 2023

Paris dimanche 15 novembre 2015

Rarement le ciel n’a été aussi bleu, le temps aussi doux, en novembre, à Paris. La ville n’est pas morte, les terrasses de café dans mon quartier du centre entre la Bourse et la République sont bondées, les premières huitres sont arrivées…

Et pourtant nous sommes pour trois jours en deuil national, demain lundi une minute de silence sera observée à midi, toutes les cloches des églises vont sonner. Hier samedi, écoles fermées, musées fermées, spectacles suspendus, annulés.

Il y a trente six heures, des attaques terroristes ont frappé :  sept points d’attaque entre le stade de France où se jouait en présence du président Hollande un match amical France Allemagne, la salle de spectacle le Bataclan, des terrasses de restaurants des X me et XI me arrondissements très fréquentés un vendredi soir, début de weekend.

Ces attaques, tirs de kalachnikoffs et bombes kamikazes ont été revendiquées par l’Etat Islamique. A ce jour, l’enquête progresse : trois terroristes ont été identifiés. A ce jour, nous comptons 129 morts , 352 blessés dont 99 en état d’extrême urgence.

La réaction du pouvoir politique n’est pas mise en cause par la population : intervention de François Hollande dès vendredi soir, conseil des ministres dans la nuit de vendredi à samedi, conseil de défense samedi matin, réunion des chefs des partis politiques autour du président dimanche matin. L’état d’urgence est décrété. Trois mille soldats ont été mobilisés qui rejoignent les sept mille hommes déployés depuis les attentats de janvier 2015, issus des armées de terre, air et marine. Les systèmes de relai d’alerte ont fonctionné. La réponse hospitalière au drame des blessés s’est faite sans bavure : déploiement du plan Blanc, 36 hôpitaux sollicités. La solidarité des Parisiens est remarquable : un tel nombre de citoyens s’est réuni auprès des hopîtaux ( Lariboisière  près de la gare du Nord) qu’ils ont du être refoulés. Le sang ne manque pas.

Ces données positives, une population sereine et solidaire autour d’un pouvoir déterminé, ne doivent pas masquer la réalité d’une situation de guerre grave.

–      Il ne faudra pas oublier, car elle existe : la peur. Tout comme en janvier 2015, ce sont des SMS et des appels téléphoniques de proches qui alertent dans l’angoisse. Ce fut le cas vendredi soir vers 22h. Appel de mon fils, jeune officier, «  ne pas bouger, ne pas sortir, il y des fusillades dans Paris, proches de la République, on ne sait pas de quoi il s’agit. » A ce moment là, surgit l’angoisse – quel niveau d’attaques ? Jusqu’où ? » et le besoin d’information : les chaînes de TV comme BFM et ITL opèrent en continu… Nuit blanche. La peur s’apaise avec l’investissement du Bataclan par les brigades spéciales et l’évacuation du stade de France.

–     A la peur succèdent la colère  contre les tarroristes et la compassion pour les victimes : on ne s’habitue pas au carnage. La population a besoin de symboles : des fleuristes ont composé des bouquets de fleurs bleu, blanc, rouge avec une banderole Paris.

–    Viennent très vite, l’adoption d’un choix de comportement et les questions. Pour le choix de comportement, la réponse globale des parisiens est simple : ne pas céder à la provocation, reprendre une vie « normale », se montrer braves.

–   Par contre les questions s’inscrivent dans la durée.

Avec les attentats de vendredi soir, nous sommes confrontés à un terrorisme radical. Il ne s’agit plus de cibler des Juifs ou des journalistes non respectueux de Mahomet, mais de tuer n’importe quel passant pour engendrer la panique. Comment prévenir ces actes ? Le renseignement à l’œuvre et renforcé ne suffit pas.

Ce constat débouche sur des prises de position politiques qui se sont déjà fait jour : remettre en question l’accueil des migrants ( syriens en l’occurrence). Interdire les manifestations de l’islam radical en France, traquer les groupes salafistes et les expulser…Ces positions sont celles d’une partie de la droite et largement celles de l’extrême droite.

Par contre, en un  quasi silence au point actuel  qui est étonnant, les choix d’intervention extérieure opérés par le gouvernement, frappes contre l’Irak et récemment contre la Syrie dans la guerre contre l’état islamique ne sont pas débattus au niveau de l’espace public.

En tant que parisienne de toujours, j’avoue ma fierté d’appartenir à une communauté que j’estime. J’ai le souvenir d’attentats antérieurs et à chaque étape, l’orgueil des parisiens qui ne flanchent pas, m’a émue. En tant que française, et comme toujours dans notre histoire, je mesure le clivage profond entre droites et gauche. La gauche à la présidence n’a pas appelé à la poursuite contre l’islamisme radical, la droite dénonce « l’angélisme de la gauche » et appelle à des mesures radicales d’interdit et d’expulsion.

Distribuie acest articol

7 COMENTARII

  1. „En tant que française, et comme toujours dans notre histoire, je mesure le clivage profond entre droites et gauche. La gauche à la présidence n’a pas appelé à la poursuite contre l’islamisme radical,….”

    Vous en etes sure, madame Durandin? Vous avez lu ou entendu la declaration de Manuel Valls, le premier ministre (de gauche)?

    „”Oui, nous sommes en guerre”

    „L’attitude du Premier ministre autant que ses mots ont fait basculer la France dans un autre registre. Il était venu pour dire à ses concitoyens „que nous sommes en guerre”. Que cette guerre pourrait „prendre des mois et peut-être même des années”. Et qu’elle „nécessite des moyens exceptionnels pour la mener”.

    A savoir l’expulsion des imams radicaux, la déchéance de la nationalité pour ceux qui n’en seraient pas dignes et même – il s’est dit „prêt à examiner toutes les propositions” – la rétention éventuel pour les „10.000” (il a lui-même rectifié à la hausse le nombre de 4.000) suspects fichés „S” pour des soupçons de radicalisation. ”

    leplus.nouvelobs.com/contribution/1449326-manuel-valls-sur-tf1-un-discours-de-guerre-sans-nuance-il-a-parle-comme-george-bush.html

    L’expulsion des imams radicaux, la déchéance de la nationalité pour ceux qui n’en seraient pas dignes et rétention éventuel pour les „10.000” suspects fichés „S” pour des soupçons de radicalisation representent une lutte contre l’islamisme radical.

  2. La culture islamique est souvent citée comme la source des problèmes.
    On dit souvent qu’il faut arréter l’imigration des musulmans.

    La solution que je vois est différente: il faut laisser l’assistance sociale à l’église et aux groupes indépendants de l’état.
    De cette manière les musulmans qui viennent en Europe ont trois options:

    1. Se mettre au travail ce qui les rend (ou les prouve) responsables
    2. Se convertir aux valeurs européennes (comme le christianisme) pour avoir accès à cette assistance
    3. Mourir de faim au nom du jihad

    Bien sur les communistes comme les musulmans peuvent créer leur propres systèmes d’assistance. Mais je crois franchement que cela les éloignera de la lutte contre „les infidèles” et/ou „les énemis du peuple”

    • Vous avez bien raison Mr: Lutic: Je trouve la solution excellente:

      Ils aiment bien beneficier de ce que la France peut offrir mais il n’ont aucun respect pour la culture française, pour la civilisation que la France répresente.

  3. Este dificil sa traduc cele de mai jos in franceza dar daca autoarea este interesata poate pune un traducator google si ceva ceva va intelege:
    Asadar nu discut nocivitatea religiilor sau a oricaror concepte care multe sunt nocive ideatic darmai ales in aplicarea lor. Legea sanctioneaza fapte,/actiuni si nu intentii, dar daca apar intentii manifeste propagate doctrnar, ideologic se pot dezmembra si interzice organismele sociale care le propaga in mod organizat si sanctiona in caz de incalcare a respectivelor interdictii si exista exemple posibil a fi urmate.
    Discut faptul ca oricat de tolerant as fi(de stanga sau de dreapta) nu pot sa fac abstractie ca intrun grup uman definit printrun anume criteriu de agregare exista posibilitatea existentei unor infractori, a unor asasini, a unor teroristi.
    Si pentru asta sunt serviciile secrete care trebuie sa-i stie, sa-i aiba in evidenta in potentialitatile lor penale si criminale si deci sa-i si urmareasca.
    In multimea al carui criteriu esential de agregare a fost exodul dinspre orient spre occident , indiferent de motivatia declarata, trebuiesc stabilite motivatiile reale si analizat daca acestea justifica cererea sau acordarea de azil , statele fiind insa liber sa-l acorde mai larg sau mai strict, dar existand obligatia ca cei care sunt gasiti ca fiind potentiali sau si mai rau suspecti de terorism sa fie returnati si acolo unde se intorc autoritatile sa analizeze potentialul lor nociv. Niciun rationament politic corect stupid nu trebuie acceptat ci doar cele corecte faptic si fundamentate pe realtati si nu pe demagogii.
    In rest vorbe goale ca de obicei. :)

LĂSAȚI UN MESAJ

Please enter your comment!
Please enter your name here

Prin adaugarea unui comentariu sunteti de acord cu Termenii si Conditiile site-ului Contributors.ro

Autor

Catherine Durandin
Este scriitoare şi profesoară de istorie la INALCO - Institutul Naţional de Limbi şi Civilizaţii Orientale. Consilier al Ministerului Apararii francez din 1992 pana in 2010. Este specializată în investigarea şi analiza culiselor evenimentelor istorice care au marcat schimbări majore de curs în a doua jumătate a secolului al XX-lea. Ca specialistă în istoria recentă a României, a publicat numeroase cărţi cu subiect românesc: Ceauşescu, vérités et mensonges d'un roi communiste, Albin Michel, 1990 (ed. rom. Nicolae Ceauşescu. Adevăruri şi minciuni despre un rege comunist, trad. de Simona Modreanu, Editura Nemo, Iaşi, 1992); Histoire de la nation roumaine, Complexe, 1994; Histoire des Roumains, Fayard, 1995 (ed. rom. Istoria românilor, trad. de Liliana Buruiană-Popovici, prefaţă de Al. Zub, Institutul European, Iaşi, 1998); Bucarest, mémoires et promenades, Hesse, 2000 (ed. rom. Bucureşti. Amintiri şi plimbări, trad. de Horia Mihail Vasilescu, ediţie îngrijită de Magda Cârneci, Editura Paralela 45, Bucureşti, 2004); Roumanie, un piège?, Hesse, 2000; La Roumanie post 1989, L'Harmattan, 2008 (ed. rom. România post 1989, trad. de Zoe Petre şi Marina Mureşanu Ionescu, cuvânt înainte de Zoe Petre, Institutul European, Iaşi, 2010). Alte carti recent aparute: Que veut la Russie? François Bourin éditeur 2010, Le déclin de l'armée française, François Bourin éditeur 2013, L'Otan Histoire et fin? editions pdf diploweb.com 2013, Ismène. Point. ( Roman), Dacres éditions 2015, La guerre froide, Presses Universitaires de France - va aparea in februarie 2016

Carti noi

 

Institutul de Istorie a Religiilor al Academiei Române și Muzeul Național al Literaturii Române vă invită la expoziția „Manuscrisele inedite ale lui Mircea Eliade din patrimoniul Institutului de Istorie a Religiilor al Academiei Române”, care va putea fi vizitată între 26 ianuarie și 13 martie 2023 la sediul Muzeului Național al Literaturii Române din strada Nicolae Crețulescu nr. 8. Află mai multe

Carti noi

Revoluția Greacă de la 1821 pe teritoriul Moldovei și Țării Românești

 

Carti noi

„Jurnalul de doliu scris de Ioan Stanomir impresionează prin intensitatea pe care o imprimă literei, o intensitate care consumă și îl consumă, într-un intangibil orizont al unei nostalgii dizolvante. Biografia mamei, autobiografia autorului, atât de strâns legate, alcătuiesc textul unei declarații de dragoste d’outre-tombe, punctând, în marginea unor momente care au devenit inefabile, notele simfoniei unei iremediabile tristeți… vezi amanunte despre carte
 „Serhii Plokhy este unul dintre cei mai însemnați experți contemporani în istoria Rusiei și a Războiului Rece.” – Anne Applebaum
În toamna anului 1961, asasinul KGB-ist Bogdan Stașinski dezerta în Germania de Vest. După ce a dezvăluit agenților CIA secretele pe care le deținea, Stașinski a fost judecat în ceea ce avea să fie cel mai mediatizat caz de asasinat din întregul Război Rece. Publicitatea iscată în jurul cazului Stașinski a determinat KGB-ul să își schimbe modul de operare în străinătate și a contribuit la sfârșitul carierei lui Aleksandr Șelepin, unul dintre cei mai ambițioși și periculoși conducători sovietici. Mai multe…
„Chiar dacă războiul va mai dura, soarta lui este decisă. E greu de imaginat vreun scenariu plauzibil în care Rusia iese învingătoare. Sunt tot mai multe semne că sfârşitul regimului Putin se apropie. Am putea asista însă la un proces îndelungat, cu convulsii majore, care să modifice radical evoluţiile istorice în spaţiul eurasiatic. În centrul acestor evoluţii, rămâne Rusia, o ţară uriaşă, cu un regim hibrid, între autoritarism electoral şi dictatură autentică. În ultimele luni, în Rusia a avut loc o pierdere uriaşă de capital uman. 
Cumpara cartea

 

 

Esential HotNews

Top articole

contributors.ro

Contributors.ro este intr-o permanenta cautare de autori care pot da valoare adaugata dezbaterii publice. Semnaturile noi sunt binevenite cata vreme respecta regulile de baza ale site-ului. Incurajam dezbaterea relaxata, bazata pe forta argumentelor.
Contact: editor[at]contributors.ro